1) Quel est l’impact de la profondeur de la transe hypnotique sur le résultat ?

La profondeur de l'état de transe n'a absolument aucun

impact sur le résultat obtenu.

2) Combien de temps ?

La pratique de l'hypnose thérapeutique (Ericksonienne) est une méthode brève.

La pratique de l'hypnose thérapeutique dans le cadre d'une relation d'aide à

la personne est une méthode dite "brève", ce qui signifie qu'elle apporte

assez rapidement un mieux-être (en moyenne, de 1 à 10 séances grand

maximum, espacées généralement de deux semaines) suffisent.

Cependant, il est possible que pour des problématiques multiples,

des séances supplémentaires soient nécessaires.

3) Tout le monde peut-il être hypnotisé ?

A l’exception des sujets dits "psychotiques" qui sont pris en charge par des

psychiatres, toute personne peut-être hypnotisée, l’hypnose étant un état

naturel et propre à l’être humain. Seul la durée de la mise en transe

(induction hypnotique) peut varier d’une personne à une autre.

4) La personne hypnotisée est-elle sous l’influence de l'hypnothérapeute ?

Non, bien au contraire : lorsque la personne est en transe hypnotique,

elle a une plus grande communication avec elle-même ainsi qu'avec

ses ressentis intérieurs.

 

La personne en état modifié de conscience est  beaucoup plus réceptive et

tout à fait "consciente" ou "semi-consciente" d'un bout à l'autre de la séance,

la partie inconsciente de son esprit se chargeant d'une éventuelle amnésie…

au retour, ce qui arrive très rarement !

La personne hypnotisée a bien évidemment toujours le

choix d'accepter ou de rejeter la suggestion du praticien.

 

Il est totalement impossible d'obliger la personne

à faire quelque chose contre sa volonté.

 

Si la suggestion du praticien va à l'encontre des valeurs personnelles

et des principes moraux de la personne, cette dernière sortira tout

naturellement de son état de transe (il s'agit d'un mécanisme

d'auto-défense de l'inconscient) ou alors son inconscient ne

prendra pas en considération la suggestion.

 

Exemple concret d'auto-défense de l'inconscient :

 

Vous dormez et faites un horrible cauchemar.

Si ce dernier devient beaucoup trop fort au niveau émotionnel

(peur, angoisse, stress, palpitations, transpiration etc.)

automatiquement, vous allez vous réveiller car cela devient trop difficile à supporter.

Ce mécanisme naturel de défense s'applique aussi en état de transe hypnotique.